Crise d’algie vasculaire de la face

Une crise d’algie vasculaire de la face se reconnaît immédiatement. Lorsqu’une personne – dans la majorité des cas, un homme – dit qu’elle ressent une terrible douleur dans une partie de la tête, en particulier derrière ses yeux, comme si sa tête cognait contre un mur, le diagnostic est évident. Il n’existe aucune autre forme de mal de tête qui présente de tels symptômes.   L’algie vasculaire de la face est un type de mal de tête qui survient – comme son nom en anglais l’indique bien (« cluster headache ») - par périodes (clusters). On peut ainsi en souffrir pendant une période de 3 à 16 semaines consécutives, avec parfois plusieurs crises par jour. Le comportement typique du patient pendant une crise est de ne pas pouvoir tenir en place.  Il tourne comme un ours en cage, en se cognant littéralement la tête contre les murs. On ne s’étonnera pas dès lors que ce type de mal de tête est parfois appelé « Suicidal Headache » (mal de tête suicidaire). Une crise dure la plupart du temps de 15 à 180 minutes, et apparaît parfois jusqu’à 8 fois par jour. L’algie vasculaire de la face se caractérise en tout cas par l’un des phénomènes suivants : une douleur intense, dans un seul côté de la tête, les yeux rouges, les paupières tombantes, le nez bouché, de la transpiration.   Cette céphalée très douloureuse reste une forme relativement rare de mal de tête. La plupart du temps, elle touche les personnes entre 20 et 40 ans.

Malheureusement, on n’a pas pu non plus déterminer une cause précise à l’algie vasculaire de la face. Il est possible que les changements de saison, les variations de température et d’autres changements atmosphériques jouent un rôle. Un froid à pierre fendre ou un vent très piquant peuvent déclencher une crise, tout comme le manque de sommeil ou une consommation d’alcool excessive.  Pour l’algie vasculaire de la face, il est très important de démarrer immédiatement avec une méthode susceptible de réduire le nombre de crises. Il est également indiqué de choisir un remède efficace pour lutter contre les crises. En plus de la consommation de médicaments, de nombreuses personnes trouvent leur salut dans l’inhalation d’oxygène pur.  L’inconvénient de ce traitement est qu’un quart des personnes qui y ont recours souffrent d’une nouvelle attaque très peu de temps après avoir cessé d’inhaler de l’oxygène.  Les ergotamines – des médicaments qui sont utilisés depuis longtemps dans la lutte contre le mal de tête – sont utiles uniquement lorsqu’ils sont directement injectés dans le sang. Ce qui n’est pas vraiment pratique. La plupart des patients l’utilisent donc rarement. Un médicament contre une pression sanguine  élevée peut soulager mais ses effets secondaires ne sont pas négligeables: constipation, pression sanguine trop basse et donc vertiges. Ces mêmes symptômes apparaissent si l’on prend du pizotifène. Le méthysergide est utilisé pour prévenir les crises mais il ne peut pas être utilisé plus de six mois consécutifs.

Quelques médicaments contre l’épilepsie donnent de bons résultats. Mais ils affectent la capacité de conduire un véhicule et provoquent des vertiges et des nausées. Le lithium, une substance utilisée pour les personnes maniaco-dépressives, réduit les crises environ de trois-quarts. Ce médicament agit cependant très lentement: il faut attendre environ 2 semaines avant d’en ressentir les effets. La moitié des patients souffrent à nouveau comme avant dès que le traitement s’arrête. Le dernier remède pharmaceutique est un traitement à base de corticostéroïdes, qui provoque néanmoins toutes sortes d’effets secondaires non souhaités en cas d’utilisation prolongée.  Quand toutes les solutions médicamenteuses ont échoué, une intervention chirurgicale peut s’envisager. Par exemple, pour enlever certains ganglions nerveux dans le nez. Mais, dans ce cas également, le succès est seulement garanti pour un certain temps. Dans la mesure où certains points réflexes sur le pavillon auriculaire semblent sensibles en cas d’algie vasculaire de la face, l’acupuncture auriculaire peut apporter un certain soulagement.  

Il est quasi impossible de prévenir toutes les crises d’algie vasculaire de la face. Le patient peut cependant essayer d’éviter autant que possible tous les facteurs qui déclenchent les crises. Ce sont grosso modo les mêmes facteurs qui provoquent des crises de migraine: les médicaments qui élargissent les vaisseaux sanguins, certaines substances alimentaires, les produits contenant de la caféine et le stress.  Sans le moindre effet secondaire, le Cefaly® peut réduire la douleur lors d’une crise, diminuer le nombre de crises et contrecarrer le stress. 

Lire aussi: Un vrai casse-tête cette migraine